Changement d’heure

Bien vivre le changement d’heure

En mars, on avance d’une heure, en octobre, on recule d’une heure. Pourquoi est-ce important de décaler l’horloge ?
Comme plus de 70 pays, ce principe nous ferait de l’énergie, mais les scientifiques, qu’en pensent-ils ?

clock-161260_640

Changer d’heure : pour quoi faire ?

Depuis toujours, l’homme a adapté ses périodes actives à l’ensoleillement. Benjamin Franklin, en 1784, a émis l’idée de se lever 1 heure plus tôt, afin d’économiser l’électricité (en profitant de plus de lumière en fin de journée). Cette suggestion n’est entrée en vigueur que 2 siècles plus tard, d’abord en Allemagne puis en Angleterre. Elle permet de réduire la consommation d’énergie. En France, ce n’est qu’en 1975 que cette habitude a été réellement adoptée.

Ces changements sont-ils anodins ?

Chronic_fatigue_syndrome

  • Passer à l’heure d’été, consiste à perdre 1 heure de sommeil (on avance l’horloge d’une heure). De plus en plus d’études montrent que ce changement n’est pas du tout anodin pour l’organisme. En effet, le corps met au moins une semaine à s’y habituer, ce qui engendre, comme l’explique le rapport du Sénat en 1996, « une source supplémentaire de fatigue au printemps ».
  • Même si le passage à l’heure d’hiver nous ferait dormir une heure de plus, en théorie, (puisqu’on recule la pendule), il s’avère que peu de personnes dorment davantage. Il s’avérerait qu’au contraire, une majorité en profiterait pour cumuler davantage d’activités virtuelles (télé, ordinateur, jeux vidéo, …), qui, nous le savons, entraînent des dysfonctionnements de l’horloge biologique et des troubles du sommeil.

Diverses analyses montrent que changements d’heure engendrent plus d’accidents de la route, en raison d’une fatigue accrue et d’une perturbation des rythmes biologiques. Le sommeil serait plus fragmenté, moins réparateur, et nombre de personnes souffriraient de troubles d’endormissement.

Comment se préparer au changement ?

filleLes enfants, sont particulièrement sensibles au changement d’heure. Afin d’éviter une rupture brutale du rythme biologique et bien anticiper le nouveau rythme, nombreux scientifiques préconisent de procéder à un changement graduel dans les horaires du lever et coucher et du lever tout au long de la semaine qui précède le changement effectif.

6 jours avant le changement, vous pouvez commencer à décaler le réveil de 10 /15 mn, pour que le changement soit progressif et accepté facilement. Cependant, attention ! Il faut respecter cette règle à la fois le matin et le soir, pour qu’elle soit efficace. Les adolescents auront peut-être plus de difficultés à se discipliner, mais n’est-ce pas l’occasion de … remettre les pendules à l’heure sur l’importance d’avoir un sommeil de qualité ?

Après le changement

ecology-450590_640Le dimanche matin qui suit le changement, il est fortement conseillé de ne pas traîner au lit, pour favoriser l’ajustement de l’organisme à ce nouveau rythme et lui éviter une perturbation inutile le lundi matin lorsque le réveil sonne. Sortez et profitez de la lumière extérieure, elle vous aidera à recaler votre rythme circadien.

Bien entendu, tout ceci ne dispense pas de respecter les règles d’hygiène du sommeil :

  • éviter les excitants après 16h,
  • privilégier des repas légers et peu alcoolisés le soir,
  • s’imposer une activité relaxante avant de dormir (fuir la télévision et autres écrans lumineux) afin de favoriser la production de mélatonine (hormone du sommeil).

Si malgré tout vous rencontrez des troubles du sommeil, il existe une méthode simple, efficace et naturelle que j’ai découverte. Pour en savoir plus, regardez la vidéo ci-dessous.

Ce contenu a été publié dans Bien-être. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *